Danny
Al-Mashhoor

Danny Al-Mashhour

École secondaire Pierre-Laporte

Montréal

Je suis une personne super motivé et engagé. J’aime voir et faire bouger les choses. Depuis octobre 2019, je m’implique sans relâche dans le projet de mise sur pied de la simulation du Québec, tout en jonglant avec mes études et autres. Je suis vraiment intéressé à rencontrer des personnes qui partagent la même passion que moi, pour passer à l’action et adopter des actions concrètes de lutte aux changements climatiques. Les idées que j’aimerais réaliser dans les écoles secondaires sont l’élimination des ustensiles de plastique à usage unique, la création de jardins et de serres sur les toits pour verdir et cultiver des aliments locaux et la mise en place de projets pour encourager un mode de vie zéro déchet.

Moi et Chomedey

par Danny Al-Mashhoor - mai 13, 2021

Que tu sois une personne qui a l’environnement à cœur ou pas, dans notre contexte actuel, tu as fort probablement entendu les mots: « CHANGEMENTS CLIMATIQUES ». Tu as sûrement compris que quelque chose ne tourne pas rond dans notre écosystème. Des jeunes ayant le même âge que toi et moi ont fait couler beaucoup d’encre de par leur activisme. Greta Thunberg n’y fait exception ! Un véritable éveil en matière de conscience environnementale se produit. Le 27 septembre 2019 était non seulement une date historique qui a accueilli la plus grande manifestation de l’histoire du Québec, cette journée marque un vent frais et jeune soufflant à la vitesse grand V pour réclamer des actions concrètes.

L’activisme fort, marqué à l’échelle internationale et régionale, m’amène à me questionner sur les actions environnementales qui pourrait être appliquées dans la localité de chaque citoyen pour assurer la protection de l’environnement.

À plus petite échelle, soit au niveau de ton quartier, sais-tu quelles sont les initiatives des organismes de ta communauté pour lutter contre les changements climatiques ? Est-ce que tu t’es déjà posé cette question ? Aimerais-tu t’impliquer ?

Personnellement, lorsque la situation pandémique s’améliorera, je souhaiterais m’impliquer dans la lutte climatique en m’ouvrant aux possibilités qu’offre mon nouveau quartier.

Dans ce texte, il sera question de te faire découvrir les organismes qui y œuvrent, l’impact que leurs actions pourraient susciter ainsi que les enjeux environnementaux de mon quartier.

Mon quartier se nomme Chomedey. Cela fait à peine un mois que j’y vis avec ma famille. Il se situe sur l’île de Laval, autrement connu sous le nom de l’île Jésus. Je me suis toujours demandé d’où venait ce nom, mais bon ce n’est pas le sujet de ce texte. Du retour au sujet principal, les mesures et le diagnostic mentionnés ci-dessous s’appliquent sur juste une partie de mon quartier. Ce territoire se nomme la Revitalisation urbaine intégrée (RUI) de Chomedey.

Je trouve que la mention de ce détail est très importante pour que tu ne te perds pas dans mes mots. La RUI Chomedey utilise une approche très créative et originale, selon moi, qui se nomme l’urbanisme participatif. Cette vision met les résidents du quartier, dont mes parents et moi, au centre des démarches. Ces dernières ont pour but d’aménager le quartier d’une manière à développer le plus possible son potentiel vert et ainsi, miser sur la santé des autres résidents dont la mienne.

Un organisme qui se nomme Réseau Quartiers verts (RQV) s’est associé à d’autres entités dont la Ville de Laval et la RUI de Chomedey. Leur but est de faire un diagnostic du quartier, d’apporter des recommandations pour transformer son environnement bâti et, au final, favoriser les transports actifs, par exemple, la marche et le vélo dans les espaces publics et l’engagement citoyen.

Pour ce faire, Ils ont écrit et publié un document qui s’intitule : « Aménagements en faveur des déplacements actifs dans Chomedey Diagnostic et recommandations » où ils ont relevé une multitude d’enjeux sur le territoire couvert par la RUI Chomedey. De plus, ils ont apporté des recommandations. Je trouve que cela apporte un côté optimiste au document.

Je vais te faire part des enjeux qui ont le plus frappés mon attention, moi étant résident de ce quartier.

 La présence non-négligeable des zones très minéralisées et l’effet de frontière créé par les grandes artères comme le boulevard Chomedey, le boulevard Curé-Labelle et le boulevard Notre-Dame sont parmi les problématiques qui causent le plus de soucis.

Les intersections des grandes artères sont les lieux de rencontre de plusieurs usagers de la route. On y trouve des automobilistes, des cyclistes et des piétons. Compte tenu de l’achalandage important, le risque de collision entre les automobilistes, les cyclistes et les piétons augmente. Cela peut causer de sérieux dommages mortels surtout pour les piétons et les cyclistes. Des aménagements sécuritaires pour la traversée des piétons et des cyclistes peuvent contribuer énormément à la diminution de l’effet de frontière. Que peuvent représenter les grandes artères pour les déplacements actifs ? Se doter de feux pour piétons à décompte numérique accordant le temps nécessaire aux personnes de se déplacer tranquillement pourrait favoriser les déplacements actifs dans mon quartier.

J’espère du fond de mon cœur que mes mots vont te donner envie d’aller t’informer et de t’impliquer. Tu pourrais, par exemple, faire des recherches sur les regroupements collectifs de ton quartier qui travaillent sur les enjeux climatiques.

Un message d’intérêt commun par Danny Al-Mashhoor, jeune ministre de l’environnement et membre du Conseil national des jeunes ministres de l’environnement

Référence bibliographique

Aménagements en faveur des déplacements actifs dans Chomedey Diagnostic et recommandations, Centre d’écologie urbaine de Montréal, 2016

Simulation diplomatique du Québec (SimDUQ)

par Danny Al-Mashhoor - mai 4, 2020

Un de mes principaux projets est la « Simulation diplomatique du Québec » (SimDUQ), une initiative de Symposium Jeunesse. C’est une simulation diplomatique qui s’articule sur des enjeux qui vont interpeller les jeunes: le vivre ensemble et l’identité collective ainsi que la lutte contre les changements climatiques. Une participation à un tel projet permet le développement de l’expression orale et écrite, sens de l’organisation, du débat et de la négociation. 

La simulation du Québec (SimDUQ) est la toute première et la seule simulation portant sur des enjeux du Québec offerte exclusivement aux élèves fréquentant les écoles publiques francophones du Québec. Unique en son genre, elle permet à une cinquantaine d’élèves du secondaire de se placer dans le rôle de représentants de diverses régions du Québec. Les participants doivent aussi représenter, au meilleur de leurs capacités, une région du Québec qui leur sera assignée. Ensemble, les délégations participantes doivent faire face à des enjeux d’ordre provincial et les aborder dans une perspective de négociation et de conciliation. L’aboutissement de ces journées chargées de débats et d’échanges s’axe sur l’adoption de résolutions ou ensemble de solutions que les participants apportent aux enjeux présentés : le vivre ensemble et l’identité collective ainsi que la lutte contre les changements climatiques.

Pour réaliser ce projet, nous avons créé des documents, créé le Symposium Jeunesse, créé un compte Instagram, préparé deux journées préparatoires (à Montréal, puis à Québec), préparé des ateliers pour initier la cinquantaine des participants aux enjeux, etc. Si notre quotidien n’était pas interrompu par la COVID-19, une première session de l’Assemblée générale aurait eu lieu le 20 mars 2020, au Château Frontenac à Québec. Cette session avait pour enjeu la lutte contre les changements climatiques. Le 23 mars 2020, aurait eu lieu la deuxième session de l’Assemblée générale qui aurait dû se passer à la Grande Bibliothèque à Montréal. 

Ce projet est réalisé par un sous-comité du Symposium Jeunesse composé de quatre élèves dont moi : Danny Al-Mashhour (moi), Lu Sergei-Denaud, Mathis Ducas et Marie-Desneiges Bouthot. Nous nous occupons de l’organisation de la simulation du Québec.

La SimDUQ est une initiative d’un plus grand projet qui est le Symposium Jeunesse du Québec. Ce plus grand projet est un espace de parole, de réflexion et d’action pour et par les jeunes.

Page Instagram du projet

Pour voir le guide du participant 2020 : Guide du participant

Commentaire


  1. Salut Danny ! Je m’appelle Sabrina, j’ai 17 ans et je fais partie, avec d’autres jeunes du Québec, d’un mouvement en développement qui se nomme « L’environnement à notre échelle ». Il s’agit d’un regroupement de jeunes engagés pour la crise environnementale qui veulent amener des changements à l’échelle du Québec, notamment par le biais des médias sociaux et du partage des connaissances et des initiatives. Dans le fond, on veut utiliser notre pouvoir en tant que jeunes citoyens pour amener le gouvernement à enfin agir pour la planète et on veut regrouper le plus de gens comme nous pour augmenter notre impact. Notre but est aussi de créer un endroit en ligne pour rassembler les québécois écolos et passer à l’action ! J’ai vu que tu es jeune ministre de l’environnement de Montréal pour l’année 2020, c’est vraiment cool, bravo ! C’est pourquoi on aimerait t’inviter à joindre notre mouvement. Le projet est encore en développement, mais le lancement se fera le 5 juin prochain. Je t’invite à aimer notre page Facebook (https://www.facebook.com/Lenvironnement-%C3%A0-notre-%C3%A9chelle-112193156843479) et t’abonner à notre compte Instagram. On serait VRAIMENT contents que tu te joignes à nous, mais pas de pression. Laisse-moi savoir ta réponse et n’hésite-pas à me poser des questions si tu en as. Bonne journée !


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

chargement en cours...